Salvatore Arnone

Artiste italien né à Naples, où il a grandi et travaillé, il s’installe à Paris en 2014 après quelques années passées à Padoue, dans le Nord de l’Italie. Ingénieur de formation et ayant longuement exercé dans ce domaine, il devient ensuite designer, durant près de 10 ans, dans un studio de création travaillant pour différentes marques à travers le monde. Malgré cette immersion dans le domaine créatif, sa fibre artistique – particulièrement photographique – se trouve contrariée.

NM #10Ressentant le besoin de consacrer sa vie à la photographie, il abandonne tout pour s’adonner exclusivement uniquement à ce medium, après avoir déjà été remarqué par différents magazines, comme YET, dès 2013. Atteint d’une dégénérescence génétique, il ne cesse de perdre ses capacités auditives, et commence à être appareillé dès l’âge de 26 ans. Le fait d’être malentendant le force à façonner sa vie professionnelle et personnelle afin d’éviter les situations critiques. Cela lui donne aussi une perception particulière du monde qui l’entoure et la chance d’expérimenter le silence et la possibilité de s’isoler totalement de tout bruit extérieur.

Bibliophile, cinévore, tout est source d’inspiration, et ce malgré une mémoire, qu’il considère comme mauvaise, il reste convaincu que ce flot continu d’informations engrangées façonne son travail. Dans cette première exposition, il a choisi la Pijama Galerie. SENZA FAR RUMORE, qu’il ressent comme très égocentrique, a pourtant une capacité inégalée à toucher la sensibilité de chacun.

Exposition à la Pijama Galerie

« Senza Far Rumore – Making no noise » – Exposition du 19 novembre au  4 décembre 2016

Ayant un titre évocateur pour un malentendant, cette exposition propose une immersion dans le monde silencieux de l’artiste. Celui-ci expose, au sein de quatre séries complémentaires, ses sentiments, ses idées, et la perception du monde qui l’entoure. Même lorsqu’il prend des portraits, il ne représente jamais le sujet lui-même.
NM #1

Le modèle se place en intermédiaire pour exprimer les idées de l’artiste, pour incarner une partie de celui-ci, ayant toujours été très mal à l’aise avec l’auto-portraiture. Quand ce ne sont pas des portraits, les lieux ou sujets choisis présentent toujours un côté intriguant qui interroge le côté ténébreux de l’œuvre de Salvatore. Mais SENZA FAR RUMORE est, en réalité, empreinte de mélancolie et d’une sorte de douleur, deux éléments que l’artiste considère comme souvent associés à la beauté : la recherche esthétique précise dans tout son travail provient d’une association récurrente entre la beauté et la tristesse. Il n’y a rien de social ni de politique, et ce, même si certains thèmes récurrents peuvent avoir une portée plus large que le seul point de vue purement subjectif de l’artiste. Sur les deux étages de la galerie, la scénographie recrée les coulisses de certaines créations pour offrir une expérience encore plus focalisée sur le visuel et le toucher.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *